Il y a la plume de l'auteur, précise et délicate, parfois incisive… 

 

Et puis, il y l'histoire :

celle de Mathilde, quittée par son compagnon, et l'effondrement qu'engendre cette rupture… 

L'histoire pourrait se finir bien, mais cette fois-ci, l'auteur a décidé de plonger le lecteur dans les méandres de la souffrance de Mathilde… mais pas seulement… 

Parce que Mathilde, c'est aussi cette jeune femme qui ira se réfugier chez sa sœur, Agathe, dans le nid familial et rassurant qu'elle a construit. Et c'est là, exactement à ce point précis que les choses peu à peu dérapent, jusqu'à basculer vers le pire… 

Car l'âme en souffrance peut soudain noircir comme le charbon, et détruire tout sur son passage… y compris le lieu-même qui aurait pu l'aider à se reconstruire.

 

J'ai aimé : cette lente descente aux enfers, dans les tréfonds de la noirceur, empreinte de jalousie fraternelle. Oui, j'ai aimé cette lecture dont on ne sort pas tout à fait indemne, tant on répugne à ce qu'on touche à la famille, univers si souvent idéalisé… 

 

On l'aura compris : cette lecture n'est donc pas un "feel good book", mais néanmoins, une invitation à se laisser emporter, et à passer de l'empathie pour le personnage principal, pour mieux s'en détacher, tant il est sombre… 

Alors oui, grâce à la plume lumineuse de l'auteur, on peut oser plonger dans les sombres abîmes qui en deviennent presque sublimes… 

Retour à l'accueil