Je vais faire une chose que je fais rarement, et qui consiste à poser de suite un extrait de ce livre. 

Tout simplement, parce qu'avec ces lignes, le lecteur saisit d'emblée les enjeux, ainsi que la force de l'écriture de l'auteure.

EXTRAIT : 

"« Je m’appelle Molly Norris.

Je me cache depuis cinq ans.

J’écris pour ne pas devenir folle. J’écris pour me taire.

J’écris pour rester invisible. J’écris parce que je suis seule.

J’écris parce que je ne suis plus jamais seule. J’écris parce que, là, cette nuit, à côté de moi, une femme dort dans la chambre d’amis, la main posée sur son flingue, prête à dégainer au moindre bruit.

J’écris parce que ce que je redoutais s’est produit ici ; en France, à Paris, dans le 11e  arrondissement. J’écris parce que chaque cellule de mon corps, de mon cerveau, est infiltrée par la trouille.

J’écris parce qu’ils sont là. D’une certaine façon, ils sont là, au pied de l’immeuble, dans ma chambre, dans ma tête, depuis cinq ans. J’écris parce que, il y a cinq ans, un jour de printemps, l’année de la mort de Molly, j’ai commis le dessin le plus niais et le plus dangereux que j’aie jamais réalisé.

Et, de là où je suis, dont personne ne saura rien, j’écris – sur un ordinateur protégé – avant de refaire mes valises, pour la dix-huitième fois, si ma mémoire est bonne.

Je m’appelle Molly N., et je suis une âme errante. »"

                                         ______________________________________________

Quand on sait que l'histoire que raconte ici Sophie Carquain est écrite d'après une histoire vraie, on lit ce roman autrement... 

ET VOICI L'HISTOIRE qui a mis l'auteure à sa plume pour dire, pour raconter un témoignage romancé, certes, mais pas totalement inventé :

"Pour ses amis et sa famille, Molly N. a disparu en septembre 2010. Plus aucun signe d’elle. Menacée de mort par une fatwa suite à un concours de caricatures du prophète Mahomet, la cartoonist de Seattle a dû intégrer le programme de protection de témoins du FBI, changer de ville, de nom, d’identité.

Comment renaître à l’autre bout du monde ? Comment vivre sous haute protection ?

Cela fera bientôt dix ans qu’elle a disparu.

 

Fascinée par cette histoire, dont elle entend parler le 7 janvier 2015, jour de l’attentat contre Charlie Hebdo, Sophie Carquain décide d’en faire un roman :

« Il m’a fallu affronter une situation inédite : écrire le destin d’une femme qui vit encore mais n’existe plus sous son vrai nom. Ce livre est aussi le récit d’une enquête qui m’a menée plus loin que prévu - vers un secret familial. »"

MON AVIS : un livre que je conseille vivement, une pépite malgré le sujet tragique... 

Retour à l'accueil