"Le Sixième Enfant" est un film dramatique français, réalisé par Léopold Legrand. 

Il s'agit d'une adaptation du roman "Pleurer des rivières", d'Alain Jaspard.  

Synopsis :

Un couple d'avocats n'arrive pas à avoir un enfant. Un autre couple, issus des "gens du voyage", attend son sixième enfant. Un arrangement improbable est sur le point d'être passé, suite à un concours de circonstances qui amène les deux couples à se rencontrer...

 

MON AVIS :

En lisant les grandes lignes du scénario, je me suis dit que le film tomberait, plus ou moins lourdement, mais de façon inévitable, dans au moins un cliché ; voire plusieurs. 
 
Et pourtant, quelle surprise de découvrir un film certes plutôt sombre de bout en bout, mais qui contourne ces écueils, pour la bonne raison qu'un véritable travail a été effectué en amont, y compris et surtout avec "les gens du voyage". C'est ce que nous explique Léopold Legrand, dans un entretien réalisé par Anne -Claire Cieutat. 
 
Et comment sait-on tout cela ? Hé bien, parce qu'on en parle, de ce film, 4ème prix du Film Francophone d'Angoulême, Prix du Grand Public d'Interprétation féminine, Prix de la Meilleure Musique et Prix du Meilleur Scénario. Tout cela, oui !
 
Alors bien sûr, au-delà des thèmes traités et qui nous touchent, les acteurs sont bons (Sara Giraudeau ; Benjamin Lavernhe ; Damien Bonnard ; Judith Chemla). Et il faut l'être, pour interpréter tant de problématiques autour de la maternité mal distribuée par un sort injuste... qui nous amène à nous interroger sur le bien-fondé des lois : qu'a-t-on le droit de faire, pour tenter de "rectifier cela" ? Et puis, au fond, certaines procédure d'adoption à l'échelle mondiale, ne relèvent-elles pas, d'une certaine façon, du trafic d'êtres humains ? Un trafic qui lui, serait légal ailleurs, mais illégal ici... 
En plus de ces questions évidentes que voulait soulever le film, quelque chose d'autre m'a interpellée, en filigrane : quelle est, au fond, la place des hommes, dans ces "histoires de maternité" ? Et puis, en insistant un peu, la femme n'obtient-elle pas, finalement, tout ce qu'elle veut ? Les hommes ne sont-ils que des marionnettes entre les mains des femmes ?
 
Bref, si vous voulez vous poser quelques questions de fond, foncez voir ce film dès que vous le pourrez, sachant que si vous ne le pouvez pas, malgré les qualités de ce film, vous ne raterez pas non plus "le monument du siècle". 
Retour à l'accueil